Tiassalé/Affaires tecks coupés, lotissement symbiose: Assalé Tiémoko s’insurge contre une opération de déstabilisation de la mairie

Vues : 45
0 0
Durée de lecture :11 Minute, 1 Secondes

24h d’immersion presse à Tiassalé (vendredi 21 au samedi 22 octobre 2022). Voilà un cadre innovant du député-maire Antoine Assalé Tiémoko pour permettre aux journalistes d’une vingtaine d’organes de presse de comprendre ce qui se passe dans sa circonscription électorale. Après donc une visite sur plusieurs sites de la ville, le député-maire a tenu à éclairer les hommes de presse sur la situation qui prévaut dans sa ville qu’il qualifie de vaste complot contre la mairie. «Il s’agit tout simplement d’une vaste opération de déstabilisation dont l’objectif politique était d’aboutir à la mise sous tutelle de la mairie dans la perspective des municipales de 2023», a-t-il révélé, au cours d’un point presse après les visites, samedi 22 octobre 2022, à son cabinet de la mairie. Propos liminaires.

 

Le 7 janvier 2019, une nouvelle équipe municipale conduite par le Maire Assalé Tiémoko, est officiellement arrivée à la tête de la commune de Tiassalé.

A la passation de charge une semaine plus tôt dans les locaux de la Préfecture entre l’équipe sortante et la nouvelle équipe, sur la base des documents transmis, la dette provisoire laissée par l’équipe sortante était de 474 millions de Fcfa plus un déficit budgétaire de -54 millions de Fcfa.

Quelques semaines plus tard, avec le rejet par le Trésor des mandats émis par l’équipe sortante pour absence de provisions, la dette finale a cumulé à 784 millions de Fcfa, pour un budget communal de 492 millions.

A ce jour, la dette a été ramenée à 128 millions et le déficit budgétaire a été effacé. La situation économique de la mairie s’est considérablement améliorée et le budget de la commune est passé de 492 millions à près de 900 millions de FCFA.

En quelques années, les réformes effectuées et l’acharnement au travail de la nouvelle équipe ont fortement transformé le visage de la commune de Tiassalé. Au travail de transformation physique de la ville, se sont ajoutées des mesures sociales fortes qui font de la commune de Tiassalé, l’une des communes de Côte d’Ivoire, dans lesquelles, la population est la plus soutenue.

Deux indices permettent de soutenir cette affirmation.

1/ L’aide à la scolarisation des enfants les plus socialement défavorisés est passée de 1,8 million en 2019 à 13,5 millions en 2022 faisant passer le nombre d’enfants pris en compte, de 28 en 2019 à plus de 300 enfants.

2/ Tiassalé est la seule commune de Côte d’Ivoire dans laquelle les parents d’élèves au primaire, ne paient ni les frais d’examen, ni les frais de photos, ni les frais de composition, ni les visites médicales, ni les frais de connexion internet des Inspections, ni les frais de pratique de sport, encore moins les cotisations de trois mille par enfant supprimées par arrêté municipal pris le 16 septembre 2020. C’est cette décision de suppression des cotisations COGES, prise par le Maire de Tiassalé, qui a inspiré la décision gouvernementale de suppression, sur l’étendue du territoire, de toutes les cotisations COGES, tant dans le primaire que dans le secondaire.

Les initiatives nouvelles de gouvernance et de développement prises par le Maire Assalé Tiémoko et son équipe, leur ont permis de décrocher en quatre ans, plus d’une dizaine de prix tant en Côte d’Ivoire qu’à l’extérieur du pays dont le dernier, obtenu le 18 août dernier, est le deuxième Prix National d’Excellence en matière de lutte contre le désordre décerné par le gouvernement de Côte d’Ivoire.

Ce travail acharné dont les résultats sont visibles tant dans la zone urbaine que dans la zone rurale de la commune (les villages et campements de Tiassalé n’ont jamais autant reçu de la mairie de Tiassalé) que depuis l’arrivée de la nouvelle équipe municipale, a placé, depuis quelques mois-et sans doute la perspective des municipales de 2023 y est pour quelque chose-la commune au centre d’intérêt de nombreuses publications journalistiques.

Cet intérêt des confrères pour la cité de la symbiose est lié à n’en point douter au leadership de son maire, Assalé Tiémoko Antoine, qui a décidé de rester en dehors des querelles politiciennes pour se mettre résolument au service du bien-être des populations et du développement de la commune.

Tiassalé est aujourd’hui et indiscutablement, l’une des villes qui ont le plus de visibilité en Côte d’Ivoire et qui attire des visiteurs à l’échelle nationale.

Un indice économique permet de juger de cet attrait nouveau créé autour de Tiassalé. Entre 2019 et 2022, les prix des parcelles de terrain de 600 mètres carrés sont passés de 300 mille voire moins, à 1,5 à 2,5 voire plus, suivant l’emplacement.

Nonobstant des performances qui font presque  l’unanimité au niveau des populations et dont un des marqueurs est la brillante élection du maire Assalé Tiémoko Antoine au poste de député-maire- avec plus de 4000 voix de différences sur le candidat arrivé en 2è position, le candidat sortant, de même que des performances qui font l’unanimité au niveau des observateurs du Tiassalé d’avant Assalé Tiémoko et du Tiassalé avec Assalé Tiémoko, depuis quelques semaines, une campagne de dénigrement sans précédant par voie de presse, a été lancée contre le Député-Maire.

Une interview, la même, reprise par plus de vingt confrères dont moins de trois ont jugé utile de prendre la réaction du maire, a été publiée avec signalement en Co-une et contenant de graves accusations pourtant totalement infondées et indémontrables.

Qui a financé cette interview d’un individu totalement anonyme, pour qu’elle soit reprise, même plus d’une semaine après la première parution, par plus de 15 autres confrères ? Même les interviews du chef de l’Etat, n’ont jamais connu autant de succès dans la presse ivoirienne.

Quelques temps plus tôt, entre le 17 juillet et le 8 août, ce sont plus d’une dizaine d’articles, qui ont été publiés contre le maire, au sujet d’une prétendue dilapidation de cinquante millions des contribuables de Tiassalé, dans une prétendue opération d’achat du cinéma ABC.

Entre le 11 septembre et le 8octobre, ce sont près d’une trentaine d’articles de presse, tant dans la presse papier que dans la presse en ligne, qui ont été publiés sur une prétendue exploitation frauduleuse de bois de tecks dans laquelle serait impliquée le maire de Tiassalé.

Certains articles ont même fait l’amalgame entre le Conseil Régional, le ministère de la Santé et la Mairie de Tiassalé.

La boucle de cette série d’articles a été bouclée par une conférence de presse organisée par la fédération des syndicats des agents des eaux et forêts. Cette conférence de presse  au cours de laquelle un appel a été lancé au gouvernement de Côte d’Ivoire a l’effet de prendre des sanctions contre le maire de Tiassalé, a achevé de convaincre sur lamise en place, depuis le mois de juillet, d’une opération de déstabilisation de l’équipe municipale orchestrée depuis Tiassalé avec pour bras d’exécution, ceux de confrères dont certains se sont installés dans une véritable chasse à l’homme, depuis Abidjan, sans prendre le soin de recueillir la version des autorités municipales de Tiassalé.

Devant ce constat, il est apparu nécessaire d’organiser une immersion presse suivie d’un point presse de presse afin de mettre à la disposition des confrères, des informations vraies sur l’ensemble des sujets abordés dans les nombreuses publications.

 

I/ Sur la prétendue acquisition d’un cinéma à hauteur de 50 millions.

La mairie n’a jamais acquis un quelconque cinéma ABC, mais plutôt a lancé un processus d’acquisition d’une parcelle de 4700 mètres carrés pour la construction de l’hôtel de ville. Il s’agit d’une opération officielle d’achat, validée par le Conseil municipal et la commission d’approbation des budgets des collectivités (voir PT 2022-2024 de la commune), puis par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Cette opération d’achat est inscrite dans le budget programme 2023 de l’Etat de Côte d’Ivoire (voir document), à hauteur de 35 millions, puisque 15 millions ont été déjà payés, aux ayants droits de la propriétaire de la parcelle.

Il ne s’agit pas d’une prétendue expropriation d’une quelconque famille libanaise à Tiassalé.

 

 

II/ Sur le lotissement symbiose.

1/ Il a été écrit que sur 2000 lots, le maire Assalé, dans le partage, n’aurait remis que 170 lots à la famille N’Dro, détentrice des droits sur l’ensemble du site loti.

Cette affirmation est totalement fausse.

D’abord parce que le partage des lots issus de ce lotissement a été fait en 2018, avant l’arrivée du maire Assalé à la tête de la commune de Tiassalé.

Ensuite, les parcelles en cause sur le lotissement symbiose appartiennent non pas seulement à la famille N’Dro, mais à plusieurs familles qui se trouvent dans les villages de Niamoué, de Nianda, de Akoudjé, de Kanganianzé, de Tiassalékro, etc.

Le partage des lots issus de ce lotissement a été fait entre ces familles et l’administration, vu que le lotissement a été réalisé par la mairie de Tiassalé, il s’agit donc d’un lotissement administratif.

La famille N’Dro, ne peut donc pas revendiquer l’ensemble des lots issus de ce lotissement.

 

2/ Il a été écrit que le maire Assalé aurait morcelé l’îlot 210 du lotissement Symbiose, îlot destiné à des projets sociaux, ce qui lui aurait permis de vendre 150 lots à des fins personnelles.

Cette affirmation est mensongère.

L’îlot 210 est une réserve administrative classée ainsi par arrêté du ministre de la Construction et, par conséquent, il est destiné à recevoir des logements sociaux. Il s’agit donc d’un espace ayant un statut juridique particulier et il ne peut faire l’objet d’un morcellement sans l’autorisation du ministère de la Construction. A ce jour, la mairie de Tiassalé, sous la gouvernance du maire Assalé, n’a pas initié de procédure de déclassement de cette réserve foncière.

Le plan actualisé du lotissement Symbiose atteste que cette réserve n’a jamais été morcelée et cela est vérifiable physiquement.

 

II/ Il a été écrit qu’en complicité avec Mme Solange Amichia, DG du CEPICI, le maire Assalé aurait délimité en vue de la vendre, une parcelle de 16 hectares appartenant à la famille N’Dro.

Il s’agit ici, également, d’une affirmation mensongère.

Le maire Assalé n’est ni de près, ni de loin, concerné par une quelconque vente d’une parcelle de 16 hectares. Il s’agit d’une affaire interne à la famille N’Dro et la famille Amichia.

Le rôle de la mairie dans cette affaire, s’est limitée au lancement d’une enquête de Commodo et Incommodo, portant sur une parcelle de 4 hectares, à la demande de la famille Amichia, en liaison avec des opérateurs économiques.

 

III/ Il a été écrit, que le maire Assalé aurait intronisé, en vue de faire mains basses sur les terres de la famille N’Dro, un nouveau chef de famille.

Cette affirmation est mensongère.

Les maires n’ont aucune compétence en matière d’intronisation de chefs de famille, ce sont des processus traditionnels qui relèvent de la compétence des chefs de village suivant des procès-verbaux dîment établis. Le nom du maire de Tiassalé ne figure, en tant qu’acteur, dans aucun processus d’intronisation d’un chef de famille dans la commune de Tiassalé.

Il s’agit d’une affaire entre les membres de la famille N’Dro qui ont réglé leurs différends devant les tribunaux et, ont transmis les décisions rendues en la faveur d’un camp, au maire Assalé Tiémoko.

En tant qu’agent de l’Etat, le maire s’aligne sur les décisions de justice.

En conclusion, les trois affirmations principales contenues dans l’interview reprises par plus de vingt journaux écrits et en ligne, sont mensongères.

Il aurait suffit que les confrères prennent le temps d’approcher la mairie avant de publier, pour se rendre compte que toute cette interview était une opération de dénigrement orchestrée.

 

IV/ Sur l’affaire des tecks coupés sur la réserve administrative en vue de construire le nouvel hôpital général de Tiassalé.

 

Il s’agit tout simplement d’une vaste opération de déstabilisation dont l’objectif politique était d’aboutir à la mise sous tutelle de la mairie dans la perspective des municipales de 2023.

Le courrier adressé par le maire de Tiassalé, le 26 juillet 2022, au ministre des Eaux et forêts, avant la coupe des tecks, est la preuve que la mairie, n’est impliquée dans aucun trafic frauduleux de bois.

Rien n’a été fait à l’insu du ministère des Eaux et forêts et la mairie n’a vendu aucun pied de teck.

Le maire Assalé Tiémoko et son équipe ont agi dans l’unique intérêt des populations de la commune de Tiassalé et de l’ensemble des populations du département de Tiassalé.

 

Assalé Tiémoko Antoine

Député-maire de Tiassalé

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post PDCI : Guikahué a échangé sur 2 dossiers importants avec la Fondation Konrad Adenauer
Next post Panne mondiale de la messagerie Whatsapp en cours…

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :