PDCI, attention danger: «Ceux qui font la délation, c’est eux également qui prospèrent auprès du Président du parti», dénonce un groupe de cadres

Vues : 376
0 0
Durée de lecture :14 Minute, 11 Secondes

L’actualité au sein du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), dirigé par le président Henri Konan Bédié, ancien président de la République de Côte d’Ivoire, est l’organisation inattendue d’un Congrès extraordinaire le 14 décembre prochain. Depuis l’annonce de cet événement, ça ne va plus au sein du parti d’Henri Konan Bédié.

Pour que tous soient au même niveau d’information et éviter une implosion du parti, dans une crise sous-jacente, eburnews.net a décidé de publier cette contribution reçue des cadres, membres du Bureau politique et de plusieurs instances du parti.

 

REACTION A L’ACTUALITÉ DU PARTI

Nous avons été surpris, choqué de lire un document  » intitulé actualité du parti  » qui met en évidence les raisons de la convocation de la 7eme  session extraordinaire du congrès du PDCI-RDA, sur les réseaux sociaux.

Ce document expose négativement le président du conseil de surveillance ainsi que ses collaborateurs.

Il faut préciser que Monsieur N’DRI NARCISSE,  puisque c’est de lui qu’il s’agit, est un homme connu pour être compétent et d’une grande probité qui ne souffre d’aucun doute.

Les auteurs de ce document ont donné des arguments fallacieux au Président du parti en affirmant que des coups d’état se préparent contre lui par des personnes  qui, à l’evidence, ont su demontrer depuis de longues années leur loyauté et fidélité au parti et au Président HENRI KONAN BEDIE.

Nous allons, point par point, démontrer que les raisons avancées par les auteurs de ce document, pour pousser le Président du parti à convoquer une session extraordinaire du congrès du PDCI- RDA, sont fausses et compromettent dangereusement la légitimité du Président du parti et la cohésion au sein du PDCI-RDA.

Pour justifier cette machination machiavélique, ils ont commencé par tenir une conférence de presse animée par le porte-parole du PDCI au cours de laquelle il a affirmé:

«Le chef ne se trompe jamais» ( évidemment, Monsieur le porte parole, un chef ne se trompe pas. Cependant, on ne doit pas tromper le Chef en abusant de sa confiance comme nous le constatons) .

A ce niveau, ils ont voulu affirmer par là que le Président du parti ne s’était pas trompé en prenant la décision au cours du bureau politique du 29 septembre 2022 de confier au Conseil de surveillance la préparation du prochain bureau politique devant se tenir au plus tard le 15 décembre 2022, lequel bureau politique devait convoquer le 13ème congrès ordinaire.

Mais qu’en réalité selon eux c’est le Président du conseil de surveillance et ses membres qui ont été et sont incompétents.

Pour confirmer cela,  il est écrit dans ce document ce qui suit:

«Hier mardi 29 novembre 2022 le président HENRI KONAN BEDIE a convoqué toutes les instances du PDCI à une réunion au cours de laquelle il les a informés qu’il convoque une session extraordinaire du congrès le mardi 14 décembre 2022.

D’abord, les militants du PDCI doivent savoir qu’il y’a :

-Congrès ordinaire

-Session extraordinaire du congrès.

Il n’y a donc que le congrès selon l’article 35 des statuts qui stipule que: «le congrès ordinaire se tient tous les 5 ans. Toutefois, il peut, dans l’intervalle, être convoqué en session extraordinaire sur initiative du président du parti ou du bureau politique.»

Lorsque le congrès est ordinaire, le Président convoque un bureau politique qui fixe les modalités de son organisation.

Mais en session extraordinaire, le Président n’est pas obligé de convoquer un bureau politique pour réunir le congrès.

Ceci est un fait connu de tous militants imprégnés des statuts et des règlements intérieurs du parti.

Cependant, militants et militantes, l’arnaque et le mensonge qui existent dans ce document vont apparaitre dans ce qui suit :

Selon eux depuis le 29 septembre 2022, le Président Henri Konan BEDIE avait demandé au conseil de surveillance, avec à sa tête Mr N’DRI Narcisse, de préparer et d’organiser avant le 15 décembre 2022 le bureau politique qui allait convoquer le 13ème congrès Ordinaire.

Toujours selon eux : «du 29 septembre 2022 jusqu’au 29 novembre 2022, date de la réunion d’information convoquée par le Président du parti avec les différentes structures du parti, cela fait exactement 02 mois depuis le fameux Bureau Politique de Daoukro et que nous sommes à 15 jours de la date buttoir fixée au Conseil de surveillance.

Ils disent avoir constaté un immobilisme qui ne dit pas son nom venant du conseil de surveillance.

Ils concluent, de ce fait, pour dire, sans fondement juridique  qu’il y’a urgence à régler des cas de force majeure se rapportant à l’intérim assuré par le président HENRI KONAN BEDIÉ à la tête du PDCI-RDA depuis la prorogation de son mandat le 15  octobre 2018, lors du 6ème congrès extraordinaire tenu à Daoukro.

Par méconnaissance des résolutions prises lors de ce 6ème congrès extraordinaire, ils persistent et indiquent dans leurs analyses qu’il faut convoquer une session extraordinaire du congrès pour donner une légitimité statutaire au président Henri Konan BEDIE pour lui permettre de régler les problèmes d’urgence au sein du parti.

Militants et militantes du PDCI RDA, nous sommes choqués d’entendre de telles aberrations car jamais l’exercice du mandat du Présidence Henri Konan BEDIE en tant que président du parti n’a souffert et ne souffrira d’une quelconque Illégitimité.!!!!

Comment ces personnes peuvent écrire un tel torchon et le faire circuler dans des canaux officiels du parti ?

Contrairement à ce qu’ils veulent faire croire au Président, c’est plutôt eux qui veulent mettre le Président au garage en préparant dans leur laboratoire de mensonges Niamien N’GORAN comme futur «Président» (Président pratique du PDCI-RDA ) et dans ce cas de figure, le Président Henri Konan BEDIE n’existerait que comme un simple Président d’honneur.

Pour justifier cette mascarade, et tromperie, le porte-parole du PDCI-RDA à l’occasion de sa conférence de presse a affirmé ceci :

«Le président ne se trompe jamais, il a pris soins de consulter son conseil juridique du PDCI-RDA».

Mais de quel conseil juridique il parle ???

Chers militants, nous souhaitons bien vous éclairer sur les agissements non catholiques de ce conseil juridique.

Pour rappel, dans un flash info de la chaine officielle du parti (PDCI-TV) et dans les journaux proches du parti, des membres de ce conseil juridique sont allés voir le président du parti. Nullement, parmi ceux-ci, nous n’avons vu Maitre SUY BI GOHORÉ (Secrétaire exécutif en charge des affaires juridique du PDCI-RDA).

Tout simplement parce qu’il y avait une divergence de point de vue entre Maitre SUY BI et ce groupe de membres de conseil juridique sur la tenue du congrès extraordinaire et l’interprétation de l’article 54 concernant la légalité du nombre des membres du BP dont le chiffre était de 400.

Toujours selon eux, à toutes situations exceptionnelles, le Président du parti prend des décisions exceptionnelles !!!

Mais quelle est la situation exceptionnelle qui prévaut aujourd’hui au PDCI RDA ?????

A titre de rappel pour leur gouverne, il faut savoir qu’à la disparition du Président Felix HOUPHOUET-BOIGNY, il a fallu une session extraordinaire du congrès pour que le President Henri konan BEDIE devienne le Président du PDCI-RDA. Sur ce point, nous sommes d’accord,  car il y avait vacance du pouvoir et il fallait stabiliser urgemment et au plus vite le fonctionnement du parti.

Autre argument selon eux:

« Quand le Président Henri Konan BEDIE est rentré d’exil, c’est en session extraordinaire du congrès qu’il a été élu Président du PDCI-RDA. »

Ceci est un mensonge grotesque pour tromper la vigilance des militants et militantes du PDCI-RDA.

En effet, Nous nous inscrivons en faux, car le Président Henri Konan BEDIE a été élu en congrès ordinaire, exactement au 11éme congrès ordinaire au cours duquel, Mr Alphonse Djédjé Mady a été plébiscité Secrétaire Général du parti sur proposition du Président Henri Konan BEDIE.

Encore un autre argument selon leur document :

«C’est également une session extraordinaire du congrès qui a prolongé le mandat du président du parti et des structures spécialisées depuis le 15 octobre 2018.»

Là aussi, nous sommes d’accord.  Sauf qu’il faut rappeler qu’à cette période, à chaque fois que le parti  organisait un Bureau Politique,  celui-ci était attaqué par un certain N’Guessan Jérôme qui intentait une action en annulation des résolutions de nos différents BP.

Tout en sachant que le mandat du président prenait fin le 30 octobre 2018, il était capital et impérieux d’organiser cette 6ème  session extraordinaire du congrès pour éviter que le Président soit frappé d’illégalité à la tête de la Présidence du parti, au regard des statuts et règlements intérieurs du parti et des textes qui organisent l’existence et le fonctionnement des partis politiques en Côte d’Ivoire.

Pour rappel, le 6ème congrès extraordinaire, à travers l’une de ses résolutions, a prorogé le mandat du Président du parti et celui des autres organes et structures du parti jusqu’à l’organisation prochaine du 13ème  congrès ordinaire, devant se tenir après l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Donc, conformément aux résolutions du 6iem congrès extraordinaire,  il n’ya que le congrès ordinaire qui doit procéder au renouvellement du mandat du Président du parti et celui des autres Présidents des structures du parti.

Militants et militantes du PDCI-RDA, de tout ce qui précède, quelle est donc  l’urgence ou la situation exceptionnelle qui peut amener le parti à convoquer une session extraordinaire du congrès le 14 décembre 2022 ???

Non et Non, il n’ya aucune situation exceptionnelle ou situation d’urgence.

N’oublions pas que la base et le Bureau Politique avaient souhaité que le Président HKB soit plébiscité lors du 13éme congrès ordinaire.

Nous nous posons des questions sur les réelles intentions et motivations de ces personnes à organiser cette cabale et machination diabolique en poussant le Président Henri Konan BEDIE à organiser une session extraordinaire du congrès.

Pour nous la seule raison évidente est que  Mr Niamien N’goran et son groupe veulent contrôler l’appareil du parti en écartant toutes autres  personnes  compétentes et honnêtes dans la Gestion du parti.

Ils veulent constituer une muraille autour du Président du parti et lui faire prendre des décisions dans l’intérêt du groupe qu’il pilote, au mépris de l’intérêt de la majorité des militantes et militants du PDCI-RDA.

A vrai dire, si nous nous en tenons à leurs arguments, Le président Henri Konan BEDIE exerce comme président intérimaire du parti  depuis octobre 2018.

Dans ce cas, cela suppose que les  décisions prises par le Président Henri Konan BEDIE pour la création de plusieurs comités sont frappées de nullité car étant Président intérimaire du parti depuis octobre 2018.

Ainsi, pourquoi ont-ils fait signer au Président tous ces actes de création et de nomination des personnalités ??

Ces décisions concernent :

-Le comité politique

-Le comité chargé de la mobilisation et du Développement des ressources

-La grande cellule de coordination de la communication

-Le conseil de surveillance

  • le  comité chargé des élections

Etc….

On ne peut pas dire une chose et vouloir son contraire. Tout ceci n’est que du mensonge et de la machination qui exposent le chef et son honorabilité.

Nous ne pouvons donc pas nous taire face à des choses aussi graves.

Sachant que les raisons principales qui ont été évoquées pour l’obtention de l’organisation de la 7ème session extraordinaire du congrès sont :

  • La régularisation du dépassement des 400 membres du BP
  • l’élection du Président du parti

Selon leur argument, si le président du conseil de surveillance et ses membres avaient fait le travail qui leur avait été confié par le bureau politique du 29 septembre 2022, le Président Henri Konan BEDIE ne se serait pas senti obligé de convoquer une session extraordinaire du congrès sur  conseils de son comité de veille juridique.

Vu toutes ces contres vérités, nous sommes obligé de dire la vérité, rien que la vérité en respectant le Président du parti qui n’est victime que de la trop grande confiance qu’il accorde à des personnes qui ne le méritent pas.

En effet, Vu le dénigrement sans cesse récurrent orchestré par ces personnes à l’encontre de la personne du Président du conseil de surveillance et de ses collaborateurs, Nous ne pouvons que réagir.

Les membres du Conseil de Surveillance ont des familles, des proches et  des enfants qui liront malheureusement ses contre-vérités et se poseront des questions.

Aucun parent ne peut accepter une telle accusation mensongère, synonyme d’humiliation.

Nous sommes obligés de rétablir la vérité en disant ce que nous avons entendu dans les murs du PDCI RDA.

Selon nos informations, à la date du 05, du 06 ou du 7 octobre 2022, le Conseil de surveillance (dont le Président N’dri Narcisse et Gozé Seplé, Commissaire, Kouakou Lacina, Secrétaire Général et d’autres membres) s’est rendu à Daoukro et a présenté au Président du parti les documents des travaux préparatoires du 15ème Bureau politique du parti devant se tenir au plus tard le 15 décembre 2022.

Pendant que le Conseil de surveillance était au laboratoire, d’autres personnes passaient leur temps à dire au Président HENRI KONAN BEDIÉ de convoquer et d’organiser un congrès extraordinaire, en lieu et place du 15ème bureau politique qui devait appeler à l’organisation du 13ème congrès Ordinaire, sur la base de faux arguments cités plus haut.

Plus grave, ils ont même fait croire au Président du parti que les membres du Conseil de Surveillance refusaient de travailler avec les membres du comité de pilotage du précédent Bureau Politique.

Avec fanfaronnade, ces personnes qui se font appeler «camoraciens» confiaient à qui voulait les entendre que «jamais le conseil de surveillance n’organisera  le Bureau Politique.»

Mais que c’est plutôt eux qui organiseront un congrès extraordinaire. Car, selon eux, le pouvoir s’arrache et ils l’ont arraché.

Militants et militantes du PDCI RDA, Instances du parti avant de continuer, nous vous présentons des excuses car nous n’avons pas  d’autre choix que de dire ce que nous avons appris émanant de ces Camorraciens.

Selon ces Camorraciens  Monsieur N’DRI Narcisse et les membres du Conseil de Surveillance qui pensaient qu’ils tenaient le bon bout,  tomberont de haut quand ils réaliseront que 《 eux les Camorraciens ont eu le dessus, malgré tous les documents qu’ils ont rédigés, produits et remis au Président du parti pour le Bureau Politique qui devait se tenir au plus tard le 15 décembre 2022 en vue de la convocation du 13ème Congrès ordinaire.

De même, ils  ont déposé une deuxième fois, entre le 03 et le 04 novembre 2022, entre les mains du Président du parti, en guise de rappel, les documents préparatoires de ce bureau politique, assortis des TDR et d’un  chronogramme, avec comme date de démarrage des travaux le 07 novembre 2022, la tenue du bureau politique soit le 03 décembre,  soit le 10 décembre 2022.

Malgré la bonne volonté et l’engagement militant des membres du Conseil de Surveillance, aucune suite n’a été donnée par le Président du parti.

Les Camorraciens affirment, de façon péremptoire, que ce bureau politique ne verra jamais le jour tant que leur numéro 10 (Ehouman Bernard) sera auprès du Président aidé de maître Blessy qui lui vient en soutien.

Quand ils affirment que c’est par l’immobilisme du Conseil de surveillance que le Président du parti a convoqué la session extraordinaire du congrès, nous nous inscrivons en faux. Car de ce que nous savons comme nous l’avons appris  dans les couloirs, le Conseil de surveillance avait bel et bien déposé tous les documents au Président du parti pour validation et communication afin de commencer les consultations et préparation du Bureau Politique qui devrait se tenir fin Novembre  ou début Décembre 2022.

Ils se vantent que tous les documents élaborés par le Conseil de Surveillance leur ont été remis par le Président du PDCI-RDA; car c’est eux qui doivent organiser le congrès extraordinaire comme ils l’ont souhaité et non un bureau politique comme l’a exigé le Bureau politique du 29 septembre 2022.

Selon eux, la décision du Président du parti est au-dessus de celle du Bureau Politique.

Sur ce point, ils ont eu le dessus, même en violation des statuts qui ne mettent pas le Président du parti au-dessus du Bureau politique.

En conclusion, c’est ce qu’ils souhaitaient qui est entrain de se réaliser jusqu’à la tenue effective de ce congrès extraordinaire prévu pour le 14 décembre 2022.

En résumé, nous constatons malheureusement que c’est ceux qui font la délation, c’est eux également qui prospèrent auprès du Président du parti.

Nous avons publié ce droit de réponse pour que l’opinion sache que le Conseil de surveillance a fait le travail qu’il fallait. Mais malheureusement, ils ont été empêchés et bloqués par tous les moyens par ceux qui sont en charge aujourd’hui de l’organisation de ce congrès extraordinaire.

NB : Après avoir réussi à imposer au Président du parti la tenue prochaine du congrès extraordinaire; de grâce, évitez nous le triste et honteux spectacle du Bureau Politique du 29 septembre 2022  tenu à Daoukro car, notre intention à tous, c’est le plébiscite du Président Henri Konan BEDIE, comme Président du parti dans le strict respect de nos statuts, règlements intérieurs et des précédentes résolutions du 6ème  congrès extraordinaire.

À bon entendeur salut !

UN GROUPE DE CADRES QUI AIMENT LE PDCI RDA.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Chute de 80% du bénéfice de Uniwax au 3e trimestre 2022
Next post PDCI: Le report du 7eme CE était prévisible, la jeunesse n’était pas d’accord pour l’élection du président

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :