Législatives 2022 : une alliance qui marque un virage historique pour la gauche

Vues : 120
0 0
Durée de lecture :8 Minute, 16 Secondes

La France insoumise, Europe Écologie-Les Verts, le Parti communiste et le Parti socialiste ont conclu un accord inédit pour présenter des candidatures communes aux élections législatives. Une page majeure de l’histoire de la gauche se tourne.

Après plusieurs jours de discussions, les ennemis d’hier ont fini par s’entendre sur une union de la gauche en vue des élections législatives des 12 et 19 juin. Europe Écologie-Les Verts (EELV), le Parti communiste (PCF) et le Parti socialiste (PS) – sous réserve de validation de l’accord par son Conseil national jeudi 5 mai – ont fini par s’entendre avec La France insoumise (LFI) sur des propositions communes et une répartition des 577 circonscriptions électorales. À ces partis pourrait s’ajouter le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), qui poursuit ses discussions avec LFI.

Les résultats des législatives diront s’il s’agit d’une union historique, comparable, comme l’ont avancé certains insoumis, au Front populaire de 1936 ou au programme commun de la gauche en 1972. En attendant, l’alliance de la gauche de 2022 autour de La France insoumise est inédite, tant un tel accord semblait impensable il y a encore trois semaines.

Pour rappel, Yannick Jadot et Anne Hidalgo ont eu des mots très durs à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon durant la campagne présidentielle. Le candidat EELV a accusé le leader des insoumis de « complaisance » vis-à-vis de Vladimir Poutine. La candidate socialiste l’a quant à elle carrément qualifié d' »agent », d' »allié » et de « soutien » du président russe, qui a lancé une offensive militaire en Ukraine.

Depuis, le premier tour de l’élection présidentielle est venu clarifier les rapports de force. En obtenant 21,95 % des suffrages et en échouant à se qualifier pour le second tour pour seulement 422 000 voix, Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise se sont imposés comme la force centrale à gauche, loin devant les 4,63 % de Yannick Jadot, les 2,28 % de Fabien Roussel (PCF) ou le 1,75 % obtenu par Anne Hidalgo.

« La présidentielle a vraiment confirmé le statut de La France insoumise comme force principale à gauche, analyse le politologue Pascal Perrineau, professeur à Sciences-Po. La situation était différente en 2017, même si Jean-Luc Mélenchon avait déjà réalisé un bon score. Lui était sur une ligne qui consistait à faire cavalier seul aux législatives, tandis que le PS avait encore des arguments et pouvait à l’époque prétendre obtenir un groupe par ses propres moyens. »

Cinq ans plus tard, la situation est bien différente. La présidentielle de 2022 a permis aux partis de gauche d’ouvrir les yeux : non seulement sur le désir d’union de son électorat – 84 % des sympathisants de gauche se disent favorables à l’alliance conclue par LFI, EELV, le PCF et le PS, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi 4 mai –, mais aussi, en particulier pour le PS et EELV, sur l’idée que ce rapprochement devait se faire sur un programme de rupture avec le néolibéralisme prôné par Emmanuel Macron, reconduit à la tête de l’État.

Le Parti socialiste tourne le dos au quinquennat Hollande
Ainsi, l’alliance conclue par les partis de gauche s’accorde sur un programme qui fait la part belle aux propositions des insoumis : Smic à 1 400 euros nets, garantie d’autonomie pour les jeunes, blocage des prix des produits de première nécessité, rétablissement de l’ISF, abrogation de la « flat tax », planification écologique, mise en place d’une « règle verte », VIe République. Mais le fait le plus marquant, dans le catalogue de mesures mises en avant, est sans aucun doute le virage pris par le PS. En se prononçant pour l’abrogation de la loi Travail El Khomri et la retraite à 60 ans, les socialistes tournent clairement le dos au quinquennat de François Hollande et au social-libéralisme.

Ce dernier « récuse l’accord sur le fond et même sur les circonscriptions », a-t-il indiqué, mercredi, au quotidien régional La Montagne. L’ancien président avait déjà prévenu, le 28 avril sur Franceinfo, qu’un accord entre le PS et LFI mettrait en cause les « principes mêmes qui sont les fondements de l’engagement socialiste », estimant qu’une alliance avec LFI entraînerait la « disparition » du Parti socialiste.

Réponse cinglante de Corinne Narassiguin, numéro 2 du PS, le 29 avril sur Radio J : « J’ai du mal à penser que ma première préoccupation aujourd’hui soit d’écouter ce que François Hollande a à nous dire sur ce qu’est la gauche et ce qu’est la fidélité au socialisme. Je préfère écouter ce que les électeurs nous ont dit au premier tour de l’élection présidentielle. C’était un message très fort et très clair. »

Si le PS, EELV et le PCF consentent tous à ce que Jean-Luc Mélenchon devienne Premier ministre en cas de victoire de la gauche aux législatives, peut-on parler d’accord de gouvernement pour autant ? Il est tout à fait notable que les quatre partis de gauche n’ont pas publié de déclaration commune. Au contraire, chaque accord bilatéral a donné lieu à un communiqué spécifique, autorisant des formulations différentes en fonction des partis concernés.

Il est un sujet, en particulier, qui a suscité de longs débats : la désobéissance aux traités européens en matière économique et budgétaire. Si le secrétaire national d’EELV, Julien Bayou, auteur d’un livre intitulé « Désobéissons pour sauver l’Europe », publié en 2018, est rapidement tombé d’accord avec LFI sur cette question, dès lors qu’une éventuelle sortie de l’Union européenne était clairement exclue, il n’en a pas été de même pour le PS. Le terme de « désobéissance » a été l’objet d’intenses discussions, y compris entre le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, qui n’en voulait pas, et Jean-Luc Mélenchon. Finalement, le communiqué commun de LFI et du PS emprunte des chemins tortueux.

> Désobéissance aux traités européens : pour le meilleur ou pour le pire ?

« Du fait de nos histoires, nous parlons de désobéir pour les uns, de déroger de manière transitoire pour les autres, mais nous visons le même objectif : être en capacité d’appliquer pleinement le programme partagé de gouvernement et respecter ainsi le mandat que nous auront donné les Français », affirme le document.

On comprend les tergiversations d’Olivier Faure. L’accord conclu entre LFI et le PS marque un tournant majeur dans la vie politique française. En se rangeant derrière Jean-Luc Mélenchon, le premier secrétaire du Parti socialiste acte un déplacement du centre de gravité de sa famille politique vers la gauche, voire jusqu’à l’extrême gauche, estiment les plus fervents opposants à cet accord.

Le tour de force politique de Jean-Luc Mélenchon
Il s’est au passage mis à dos tout ce qu’il reste des éléphants du parti à la rose. Outre François Hollande, l’ancien Premier ministre, Bernard Cazeneuve, et l’ancien président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, ont annoncé, mercredi soir, qu’ils quittaient le PS, tandis que l’ancien premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis appelle « les socialistes à refuser cet accord sous toutes les formes possibles » et que l’ancien ministre Stéphane Le Foll se dit « prêt à conduire la campagne » des éventuels candidats socialistes dissidents.

« Les réactions des éléphants sont compréhensibles, estime Pascal Perrineau. Avec cet accord, le PS va devenir un supplétif de La France insoumise. En cela, c’est une rupture totale avec l’histoire du Parti socialiste qui était auparavant la force centrale. Désormais, la gauche va se redéfinir autour de la force radicale que représente LFI. »

Les négociations entre LFI, EELV, le PCF et le PS ont également – ou essentiellement, assurent les opposants à cet accord – porté sur la répartition des circonscriptions. Les alliés de La France insoumise ont chacun obtenu l’assurance de disposer d’un groupe à l’Assemblée nationale, soit au moins 15 députés. Mais surtout, et contrairement à ce que proposaient les insoumis à l’ouverture des discussions, ils pourront tous prétendre au financement public des partis politiques en présentant chacun au moins 50 candidats aux législatives. Dans le détail, les écologistes ont obtenu 100 circonscriptions, les communistes 50 circonscriptions et les socialistes 70 circonscriptions. Les insoumis seront, eux, présents dans plus de 350 circonscriptions.

Enfin, les partenaires de LFI ont aussi obtenu que le nom de « L’Union populaire », auquel tenait Jean-Luc Mélenchon, évolue en « Nouvelle Union populaire écologique et sociale » pour mieux représenter l’ensemble des forces.

Reste à savoir ce que donnera cette alliance dans les urnes. La gauche espère obtenir en juin la majorité à l’Assemblée nationale. Sur le papier, une telle perspective paraît utopique. Depuis l’instauration du quinquennat en 2002 et l’inversion du calendrier électoral plaçant les élections législatives quelques semaines après l’élection présidentielle, le président élu a toujours obtenu dans la foulée une majorité pour gouverner. Mais Jean-Luc Mélenchon a réussi un tour de force politique en parvenant à maintenir l’espoir et à garder la mobilisation de l’électorat de gauche intacte malgré sa défaite à la présidentielle.

« Jean-Luc Mélenchon a réussi une opération de communication extraordinaire, affirme Pascal Perrineau. Demander aux Français de l’élire Premier ministre, même si c’est un non-sens, était une stratégie extrêmement habile qui lui a permis non seulement de prendre la place de Marine Le Pen comme opposant numéro 1 à Emmanuel Macron, mais aussi de changer le visage de la gauche française pour en devenir l’élément central. »

De fait, alors que l’extrême droite est divisée et que la macronie s’écharpe sur la répartition des circonscriptions pendant qu’Emmanuel Macron tente en vain de trouver un Premier ministre, la gauche est aujourd’hui la seule force politique en dynamique. Et à en juger par les attaques dont cette alliance fait l’objet depuis plusieurs jours, il semblerait qu’il plane comme un léger parfum d’inquiétude au sein de la majorité.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Un metaverse et une cryptomonnaie pour faciliter les transactions du secteur agricole en Afrique
Next post Cérémonie d’hommage à la Miss Monde Afrique 2021 Olivia Yacé

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :