CÔTE D’IVOIRE 2025: COMMENT LE RHDP VEUT ÉLIMINER BÉDIÉ ET GBAGBO (Opinion ) Par Nazaire Kadia

Vues : 38
0 0
Durée de lecture :3 Minute, 48 Secondes
Le pouvoir RHDP, dans sa volonté de conserver « son pouvoir » à tous les prix, commence peu à peu à abattre ses cartes. Le puzzle se met en place. Il peut du bout des lèvres clamer sa volonté d’aller à la réconciliation, mais ses actes méthodiquement planifiés et mis à exécution, montrent de toute évidence que ses préoccupations sont ailleurs. Son rouleau compresseur d’élimination de tous ceux qui dans l’opposition peuvent représenter des obstacles à sa volonté de conserver le pouvoir, est en marche.
CÔTE D’IVOIRE: LES TECHNIQUES D’APPROCHE DU RHDP POUR CONSERVER LE POUVOIR
Eliminer ses opposants empêcheurs de tourner en rond, participe de l’exécution des tâches à accomplir pour atteindre le but visé : garder le pouvoir à tout prix. Il reste entendu qu’autour du chef de l’Etat, il ne fait aucun doute que celui-ci doit encore rempiler pour un quatrième mandat. Mais si d’aventure, il n’est pas sur le starting-block, cela doit être pareil pour les présidents Bédié et Gbagbo.
Alors se met en place et à exécution le plan machiavélique d’élimination des potentiels adversaires. Ainsi, à la veille de la commémoration du 62ème anniversaire de l’indépendance (sous haute surveillance) de la Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat prend une mesure de grâce en faveur du président Gbagbo, jugé et condamné pour un prétendu braquage de la BCEAO.
Cette mesure de grâce en lieu et place d’une amnistie attendue, résulte d’un calcul politicien qui éliminerait le président Gbagbo des joutes électorales à venir, comme ce fut le cas en 2020. Le pouvoir se donne donc des arguments juridiques pour invalider éventuellement la candidature de celui-ci à l’élection présidentielle de 2025.
BLÉ GOUDÉ DANS LE VISEUR DU RHDP
Ayant ainsi « réglé » le cas Gbagbo, le pouvoir a en ligne de mire, M. Charles Blé Goudé. Grand tribun, au charisme évident et à la capacité de mobilisation indiscutable, il représente un potentiel challenger pour le palais du Plateau. Mais lui également a été jugé et condamné à 20 ans de prison, donc out pour 2025.
Après son acquittement et sa libération de la Cpi, entrer en possession de son passeport, fut pour lui, un véritable chemin de croix, qui a nécessité de longues tractations.
Attendu bientôt au pays, le ministre Touré Mamadou laisse entendre qu’il n’est pas exclu que celui-ci dépose ses bagages dans la case ronde du RHDP.
Cela laisse supposer que le RHDP déploie une technique d’approche (TAP) pour le mettre dans son escarcelle. Attendons de voir.
La saga continue. Les tribulations que subit M. Soro Guillaume, continuent également. Celui-ci erre comme une âme en peine en Europe, interdit qu’il est, de revenir au pays.
LE PDCI-RDA N’EST PAS ÉPARGNÉ
Et si la situation demeure en l’état, il ne peut nullement être un danger pour le pouvoir. Cet état de fait rentre bien dans les calculs du RHDP pour la conservation du pouvoir.
Le PDCI-RDA n’est pas épargné. Après la tentative de fusion-absorption, la tentative de réduire ce parti à sa plus simple expression, place fut faite au harcèlement tous azimuts : embastillement de cadres, harcèlement fiscal pour décourager les présumés financiers de ce parti, pression sur les militants pour regagner la case ronde.
Mais le plus important reste à venir.
Si le pouvoir actuel, ses « affidés », et des pseudo-libres penseurs évoquent la possibilité de retoucher la constitution, c’est en pensant à M. Henri Konan Bédié et encore au président Gbagbo.
Réinstaurer la limitation d’âge pour être candidat à la présidentielle, équivaudrait à éliminer ces deux personnalités de la course, et permettrait ainsi au chef de l’Etat actuel de trouver une porte de sortie, en évitant un honteux quatrième mandat.
Il ferait de ce fait, d’une pierre, deux coups. Il pourra ainsi en toute sérénité positionner le poulain qu’il lui plaira de choisir.
Ainsi avec ces calculs qui élimineraient tous ses adversaires de poids, le RHDP est certain d’être en roue libre pour la conservation de son pouvoir.
Ayant avec lui les institutions de la République dont la justice et l’armée, il pourra s’adonner à son jeu favori : le passage en force quoi qu’il arrive. Mais prend-il en compte dans ses calculs une donne : le peuple ?
A vouloir trop tirer sur la corde, elle finit par se casser.
Mais arrive le jour où l’ivraie sera séparée du vrai.
Nazaire Kadia
©2022 Tous droits réservés – Afrique Sur 7
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Cameroun-Batailles de succession : comprendre le silence de Paul Biya
Next post SOLIBRA : Chute de 80% du bénéfice sur la 1ère moitié de l’année 2022

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :