Tchad : 11 auteurs d’un « coup d’Etat » déjoué seront bientôt graciés

Vues : 33
0 0
Durée de lecture :2 Minute, 4 Secondes

Onze auteurs d’un « coup d’Etat » que les autorités ont assuré avoir déjoué en décembre au Tchad ont été condamnés à 20 ans d’emprisonnement, a indiqué dimanche à l’AFP le procureur général de la cour d’appel de N’Djamena, et seront graciés, selon la présidence.

Début janvier, le gouvernement avait annoncé l’arrestation de dix officiers et d’un militant des droits de l’Homme, Baradine Berdei Targuio, présenté comme le cerveau d’une « tentative de déstabilisation » de « l’ordre constitutionnel » et « des institutions de la République ».

M. Berdei Targuio, président de l’Organisation tchadienne des droits de l’Homme (OTDH), est un défenseur connu des droits humains et un critique virulent des régimes Déby père et fils.

Ces 11 hommes, qui étaient détenus dans la prison de haute sécurité de Koro Toro, à 600 km au nord de la capitale, ont été condamnés à 20 ans de prison ferme, a indiqué Mahamat El-Hadj Abba Nana, procureur général de la cour d’appel de N’Djamena.

Ils ont été condamnés pour atteinte à l’ordre constitutionnel, détention illégale d’armes et association de malfaiteurs, a précisé la télévision nationale.

Le 21 avril, le président du Tchad, le général Mahamat Idriss Déby Itno, avait promis la libération d’au moins 12 hommes, dont 11 officiers de l’armée, accusés d’avoir tenté un « coup d’Etat » en décembre 2022.

« Le président tiendra sa promesse », a assuré à l’AFP Brah Mahamat, le porte-parole de la présidence tchadienne, précisant que la condamnation doit être prononcée avant la grâce présidentielle.

Mahamat Déby avait été proclamé il y a deux ans président de transition par l’armée, à la tête d’une junte de 15 généraux, à l’annonce de la mort de son père, Idriss Déby Itno, tué au front contre des rebelles après avoir dirigé le Tchad d’une main de fer pendant 30 ans.

Malgré une promesse de remettre le pouvoir aux civils par des élections au bout de 18 mois, il avait été reconduit en octobre 2022 – à l’issue d’un forum de réconciliation nationale boycotté par l’opposition et les principaux mouvements rebelles – pour une nouvelle période de transition de deux ans.

Fin mars, Mahamat Déby avait déjà gracié 259 jeunes condamnés à de la prison ferme pour avoir, selon les autorités, participé le 20 octobre 2022, date de la fin de la première période de transition, à une manifestation à N’Djamena contre son maintien au pouvoir.

Cette manifestation avait été réprimée dans le sang par les forces de sécurité et avait fait 73 morts selon le gouvernement, beaucoup plus selon des ONG.

Africanews

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Soudan : des chrétiens blessés par des tirs dans une église
Next post Les 2 cyclotouristes marocains enlevés entre le Burkina et le Niger libérés

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :