Ouganda : l’impact de l’exploration pétrolière sur la biodiversité

Vues : 46
0 0
Durée de lecture :2 Minute, 12 Secondes

En Ouganda, des environnementalistes étudient l’impact de l’exploration pétrolière sur le parc national de Murchison Falls et sa faune.

Situé près du lac Albert au nord-ouest du pays qui regorge de ressources pétrolifères importantes à l’origine des projets Tilenga et EACOP actuellement en cours de construction, le parc contient entre autres 64 espèces de mammifères.

Les ONG craignent que le bruit du forage ne dérange les habitudes de reproduction de certains animaux.

 » L’environnement se décompose en deux parties. Nous pourrions avoir des effets sur la perte de la couverture de la biodiversité si vous regardez la zone qui est défrichée sous la forme de routes et sous la forme des plaques qui sont construites. Et bien sûr, s’il n’y a pas de restauration, alors vous perdez cette biodiversité, vous perdez cette couverture végétale qui est même un habitat pour certains des petits organismes vivants. » a expliquéPaul Twebaze, environnementaliste d’une ONG pro-diversité Conservationists In Uganda.

Pour l’oléoduc de 1443km du projet Tilenga qui transportera du brut depuis les champs pétrolifères en cours d’exploitation dans le lac Albert, au nord-ouest de l’Ouganda, jusqu’à un port tanzanien situé dans l’océan Indien, certaines routes ont été construites.

Des routes qui n’ont finalement pas mis en danger la vie des animaux sur le site.

« La bonne chose est que certains de ces animaux sont adaptatifs. Comme les éléphants, ils verront toujours si la route n’est pas en place et si la route est en place, ils essaieront toujours de traverser pour voir si c’est possible pour eux de traverser la route. Donc, la plupart des animaux n’ont pas été bloqués, je dois dire que le parc est grand. » a déclaré Wilson Kagoro, agent de conservation communautaire au parc national de Murchison Falls. 

Le superviseur de la conformité environnementale qui travaille dans le parc de Murchison Falls, considère qu’après l’installation du forage, la nature a repris ses droits comme si rien ne s’était passé.

« Et après le forage, les matériaux importés ont été enlevés et la zone a été restaurée. De l’herbe a été apportée, plantée et maintenant elle a commencé à s’établir et à ressembler à ce que vous voyez. La façon dont c’est, ça a récupéré, de façon satisfaisante et c’est comme si aucune activité n’avait jamais été faite ici. » a ditMoses Dhabasadha, superviseur de la conformité environnementale au parc national de Murchison Falls. 

Mardi, un tribunal français a rejeté la plainte de six ONG contre le projet pétrolier de TotalEnergies en Ouganda et en Tanzanie. Ces dernières souhaitaient suspendre le mégaprojet controversé pour non-respect du  » devoir de vigilance ».

Africanews

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Le Sénégal honore ses Casques bleus tués au Mali
Next post La Guinée et la Côte d’Ivoire rapatrient des migrants de Tunisie

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :