Ouganda : adoption d’une version modifiée du projet de loi anti-LGBTQ

Vues : 28
0 0
Durée de lecture :2 Minute, 3 Secondes

Les députés ougandais ont adopté mardi une nouvelle version du projet de loi anti-LGBTQ

Dans cette dernière version, la clause qui semblait criminaliser le fait de s’identifier comme faisant partie de cette communauté a été supprimée.

Le mois dernier, le président Yoweri Museveni avait renvoyé le projet de loi devant l’assemblée nationale, en demandant que la distinction entre l’identification en tant que LGBTQ et le fait de se livrer à des actes homosexuels soit faite.

« Nous vous remercions beaucoup. Une fois le projet de loi adopté, il est du devoir de l’exécutif de l’exécuter – et nous ferons notre part en tant qu’exécutif. », a déclaréKiryowa Kiwanuka, procureur général de l’Ouganda. 

Dans sa version initiale, le projet de loi prévoyait la prison à vie pour « homosexualité » et la peine de mort pour « homosexualité aggravée ».

L’homosexualité aggravée est définie comme des relations sexuelles impliquant des personnes infectées par le VIH ainsi que des mineurs et d’autres catégories de personnes vulnérables.

L’homosexualité est déjà illégale en Ouganda en vertu d’une loi datant de l’époque coloniale qui criminalise les actes sexuels « contre l’ordre de la nature ».

« Je sais que nous avons tous été confrontés à des intimidations, à des promesses de refus de visas, à des restrictions et à des interdictions de voyager, mais nous avons pu résister à cela. », a expliqué Asuman Basalirwa, législateur ougandais et auteur du projet de loi anti-homosexualité 2023. 

La communauté internationale fait pression sur M. Museveni pour qu’il oppose son veto à la législation.

Les États-Unis ont également mis en garde contre les conséquences économiques de l’adoption de cette loi, et un groupe d’experts de l’ONU a décrit le projet de loi précédemment adopté par les législateurs comme « une violation flagrante des droits de l’homme ».

« Lorsque j’étais aux États-Unis, j’ai interpellé les personnes que j’ai rencontrées, en particulier les Africains, sur le fait que nous pouvons voir leur lutte pour défendre le droit à l’orientation sexuelle, mais je ne les vois pas défendre le droit de l’Afrique, par exemple, au transfert de technologie, comme le font les Chinois. La race noire se bat pour transférer l’homosexualité, et non la technologie, en Afrique – et personne n’a pu me répondre. », a dit Mathias Mpuuga, législateur ougandais et chef de l’opposition. 

Ce délit est passible d’une peine d’emprisonnement à perpétuité.

Des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 20 ans sont également proposées pour les personnes qui défendent ou promeuvent les droits des personnes LGBTQ.

Africanews

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Le « déclin lent et irrémédiable » du français en sciences au Canada
Next post Soudan : le général al-Burhane veut régler le conflit « sans ingérence »

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :