Le film « Ashkal » du Tunisien Youssef Chebbi remporte l’Etalon d’or du Fespaco

Vues : 38
0 0
Durée de lecture :2 Minute, 28 Secondes

L’édition 2023 du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), le plus grand événement cinématographique d’Afrique, s’est achevée samedi par une cérémonie dans la capitale burkinabè.

Le réalisateur tunisien Youssef Chebbi a obtenu samedi à Ouagadougou la récompense suprême du Fespaco, le plus grand festival du cinéma africain, dont la 28e édition s’est tenue en dépit d’un lourd contexte sécuritaire en raison des violences jihadistes qui minent le Burkina.

Le jeune réalisateur né à Tunis en 1984 a remporté l’Etalon d’or de Yennenga pour son film « Ashkal ».

Saluant une « rigueur extrême » et un « travail qui sort de l’ordinaire », la présidente du jury, la Tunisienne Dora Bouchoucha, a précisé que l’Etalon d’or avait été remis à M. Chebbi à l’unanimité.

Dans ce polar qui se déroule dans les Jardins de Carthage à Tunis, un quartier abandonné après la chute du président Ben Ali en 2011, deux policiers mènent une enquête sur de mystérieuses immolations.

« C’est une intrigue policière mais en fait ça parle du peuple tunisien », a expliqué Dora Bouchoucha.

Sélectionné à la quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes en France, « Ashkal » a également remporté l’Antigone d’or, la plus haute récompense du Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier (sud-est de la France) en 2022.

Le prix a été remis à un représentant du réalisateur, absent, par le président de transition burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir par un putsch en septembre 2022, coiffé de son habituel béret rouge et vêtu d’un treillis.

Le réalisateur tunisien devance deux femmes, la Burkinabè Apolline Traoré pour « Sira » qui reçoit l’Etalon d’argent, et la Kényane Angela Wamai pour « Shimoni », récompensée de l’Etalon de bronze.

Depuis sa création en 1969, aucune femme n’a remporté la récompense suprême de ce grand festival africain du cinéma.

170 oeuvres étaient en lice dans diverses catégories pour cette édition sur le thème « cinémas d’Afrique et culture de la paix ».

L’interprétation masculine et féminine reviennent à l’ensemble des acteurs et actrices de « Sous les Figues », de la réalisatrice tunisienne Erige Sehiri.

Triomphe tunisien

La Tunisie triomphe donc dans ce festival du cinéma africain, à l’heure où des centaines de ressortissants d’Afrique subsaharienne fuient le pays en raison d’agressions et de manifestations d’hostilité faisant suite à une violente charge du président Kais Saïed contre les migrants en situation irrégulière.

Le meilleur scénario a été décerné au « Bleu du Caftan », de la Marocaine Maryam Touzani.

Quinze longs-métrages de fiction briguaient la récompense suprême, l’Etalon d’or de Yennenga, un prix d’une valeur de 20 millions de francs CFA.

Cette 28e édition du festival s’est tenue dans un contexte sécuritaire très lourd au Burkina, secoué par la violence jihadiste depuis plusieurs années.

Des dispositifs de sécurité, portiques, fouilles, militaires et policiers armés, ont été mis en place devant les différents lieux du festival qui ont accueilli 20 000 invités, selon l’organisation.

La prochaine édition du Fespaco est prévue pour se tenir du 22 février au 1er mars 2025.

Africanews

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Le codage informatique et la musique pour sensibiliser les jeunes à la culture autochtone
Next post NBA : Embiid et les Sixers font redescendre les Bucks sur terre

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :