Au Congo, des associations tentent de faire accepter l’autisme

Vues : 29
0 0
Durée de lecture :1 Minute, 26 Secondes

Laskine Chalvee est installée à Brazzaville avec sa petite fille autiste. Lucia a 7 ans. Cette boule d’énergie vit avec ce trouble neuro-développemental depuis sa naissance.

Ses parents l’ont découvert seulement lorsqu’elle avait 4 ans. Pour mieux cerner son comportement, ces derniers ont du consulté un neuro-psychiatre. Désormais Laskine Chalvee est mieux informée sur ce handicap et a grâce aux conseils des médecins mis en place un programme spécial pour Lucia. L’objectif étant de l’emmener à communiquer et mieux coordonner ses mouvements et les premiers résultats sont satisfaisants pour la mère.

« Je suis très patiente avec elle même quand je l’emmène au parc, je prévois toujours des choses pour qu’elle nourrisse les animaux, parce qu’elle aime les animaux avec des biscuits et des mangues. Quand nous arrivons, elle nourrit les singes et nous l’entendons dire « petit singe prends, c’est pour mon petit singe, ne sois pas méchant » et dans ce cas, elle peut parler » explique sa mère.

Pour attirer l’attention sur cette maladie, les parents d’enfants autistes organisent régulièrement des campagnes de sensibilisation à l’école de la Case Dominique pour lutter contre la stigmatisation. Aujourd’hui encore, en République du Congo, l’autisme est considéré comme une maladie mystique.

« L’objectif est essentiellement d’enseigner aux Congolais et de leur dire qu’un enfant autiste est un enfant comme les autres, un enfant qu’il faut accueillir, qui a des droits et qu’il faut essayer de comprendre pour mieux l’accompagner «  martèle Sœur Ida Louvouandou, coordinatrice de l’école de la Case Dominique.

Inaugurée en 1999, cette école accueille 300 enfants atteints d’autisme et de trisomie. Au Congo, Il n’existe pas de statistiques officielles sur le nombre d’enfants autistes. Mais, les préjugés poussent certains parents à cacher leurs enfants autistes.

Africanews

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Côte d’Ivoire : des « personnes non identifiées » investissent un navire-citerne
Next post Niger : la région d’Agadez débordée par les migrations

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :